Référence : 33107
  • Belles reliures
  • Régionalisme Anjou-Touraine-Val de Loire

Les Oeuvres poétiques de Remy Belleau.

Redigees en deux Tomes. Reveues & corrigees en cette derniere impression.
1200
Édition
Lyon: Pour Thomas Soubron, Quatrième édition collective, 2 tomes reliés en 1 volume in-12;
Pagination
T.I: 300 ff., portrait d’une édition XVIIIème monté en frontispice. T.II: 154 ff, [8 ff].
Reliure
Fine reliure en maroquin citron de la fin du XIXème, plats encadrés d’un triple filet doré, dos à nerfs très joliment orné, gardes marbrées, dentelle intérieure, tranches dorées. Quelques taches pâles sur les plats, mais un très bel exemplaire, avec l’ex-libris de Philippe-Louis de Bordes-de-Fortage (malheureusement surchargé ainsi que les premières gardes du nom d’un propriétaire récent).
Quatrième édition collective, (la première fut imprimée par Hamert Patisson à Paris en 1578). Le premier tome comprend: “Les Amours et nouveaux eschanges des Pierres precieuses: vertus & proprietez d’icelles” avec une table des pierres précieuses, le “Discours de la vanité”, les “Eclogues sacrées”, les Journées de La Bergerie et Les Apparences célestes d’Arat. Le titre du second tome porte: “Les Odes d’Anacréon Teien, poète grec, traduictes en François. Avec quelques petites Hymnes de son invention, & autres diverses poësies: Ensemble une Comédie”. Poète de la Pléiade aux côtés de Ronsard, Du Bellay, Baïf, Desportes, Belleau fut très estimé de son vivant pour la simplicité, la grâce et la vivacité de ses poésies, inspirées de la manière des poètes grecs. Les “Amours des pierres précieuses”, première pièce du recueil, mêlent de façon originale le symbolisme des pierres et leurs vertus physiques ou médicinales. Brunet Supplément, 103: “l’éditeur s’est permis de supprimer une partie d’un cahier qui suit la p.304 où se trouvent répétés des vers déjà imprimés dans le volume, sans s’apercevoir ou sans daigner tenir compte qu’il enlevait en même temps la table du premier volume et quelques autres vers”. Les 6 feuillets non chiffrés en fin d’ouvrage après la table du T.II, qui manquent à certains exemplaires, sont une série d’épitaphes par Passerat, Le Baïf, Desportes, Ronsard, écrites pour la tombe de Belleau. Tchemerzine I, 573.